AIMS Conference: CAC 40 top executives and their remunerations

Ce papier suggère que deux leviers d’influence peuvent être mobilisés par le dirigeant pour atténuer les capacités de contrôle de son conseil d’administration, et obtenir ainsi une rémunération plus avantageuse.

Le premier levier est constitué par la structure du conseil d’administration, plus ou moins favorable au contrôle du dirigeant (dualité du conseil, ratio d’administrateurs non exécutifs,…).

Le second levier repose sur la mobilisation des ressources externes que le dirigeant peut mettre en œuvre pour atténuer la fonction de contrôle du conseil via la mobilisation de son capital social.

Les effets directs de ces deux leviers d’influence sont testés sur la rémunération totale, mais aussi sur chacune de ses composantes (fixe, variable et stock options) et sur le ratio de rémunération fixe sur la rémunération totale. Nous testons l’ensemble de ces hypothèses sur un échantillon composé des dirigeants des entreprises appartenant à l’indice CAC40 sur une période de 6 années s’étendant entre 2001-2006.

Les résultats montrent qu’il est important d’examiner chacune des composantes de la rémunération séparément, ces leviers d’influence ayant des effets variés pour chacune d’elles. Ils montrent que le dirigeant cherche à obtenir une rémunération sans risque en maximisant la composante fixe de cette dernière. L’alignement des intérêts des dirigeants et des actionnaires est dès lors potentiellement fragilisé.