Des instituts de normalisation en quête de profit et de légitimité

Ces dernières années, le « Développement Durable » (DD) et la « Responsabilité Sociale de l’Entreprise » (RSE) ont été l’objet d’un nombre croissant de tentatives de normalisation. GRI, SA8000, Global Compact, les référentiels nationaux ou internationaux foisonnent.

De nombreux observateurs voient ainsi dans les instances de normalisation un nouvel espace de régulation et de dialogue social en marge des espaces institutionnels traditionnels. Elles représentent donc un terrain propice à l’étude des activités qui conduisent au développement des soft laws économiques.

Dans ce chapitre, nous nous intéresserons en particulier aux travaux de deux instituts de normalisation, l’AFNOR en France (Association Française de Normalisation) et le BSI en Angleterre (British Standards Institution). Tous deux ont publié un référentiel sur le management stratégique du développement durable au cours de l’année 2003 : le guide SIGMA pour le BSI et le fascicule de documentation SD21000 pour l’AFNOR.

L’objectif de notre étude comparative est de montrer que les activités à l’œuvre dans les processus de normalisation sont encastrées dans les logiques d’action des instituts de normalisation qui, elles-mêmes, sont dépendantes des contextes nationaux.