La relation actionnaires – dirigeant dans les entreprises Familiales

Du point de vue académique, les travaux des chercheurs en gestion travaillant sur le gouvernement d’entreprise se sont massivement focalisés sur les entreprises cotées, en pointant du doigt les conflits d’intérêts (relation d’agence) pouvant naitre entre propriétaires et managers, ainsi que le rôle joué par les différents conseils et comités dans la diminution des coûts d’agence induits et la réduction du pouvoir discrétionnaire des dirigeants.

En revanche, relativement peu de travaux – tout particulièrement en France (à l’exception des travaux pionniers de G. Hirigoyen) – se sont attachés à décrire et analyser le gouvernement des entreprises familiales non cotées.

C’est précisément l’objectif de cet article qui consiste à mettre en avant quelques éléments empiriques relatifs au gouvernement des PME familiales en France. Il s’appuye sur les résultats d’une enquête (questionnaire) menée auprès de responsables de PME non cotées, membres de l’Association Progrès du Management (APM).

Pour télécharger : Coche jef_2008