La République des Actionnaires

Pierre-Yves Gomez, Editions Syros, mars 2001

Aujourd’hui, un quart de l’épargne des Français est placée sous forme d’actions, un million de salariés sont actionnaires de leur propre entreprise…, et cela devrait changer la façon dont les entreprises sont gouvernées. Mais dans quel sens ? Pour Pierre-Yves Gomez, la réponse est ouverte : certes, le développement de l’actionnariat de masse construit une république des actionnaires où tous, ayant droit de vote, partagent le pouvoir d’élire le gouvernement d’une entreprise ; mais, de fait, cette république est aujourd’hui dévoyée par une technocratie démagogique qui fonde son pouvoir sur la spéculation boursière. Tout l’enjeu est alors de savoir s’il est possible de démocratiser cette république en devenir. Pour cela, l’auteur démonte les mécanismes, assez peu connus, par lesquels des dirigeants et spéculateurs démagogues imposent leurs intérêts au nom de la défense du salarié et de l’actionnaire.

Mais il montre aussi (à partir de nombreux exemples trop méconnus, tels que le combat des congrégations religieuses ou des fonds de pension des syndicats de salariés aux Etats-Unis, des associations d’actionnaires minoritaires ou des fonds de placements éthiques) comment des actionnaires activistes tentent d’imposer la démocratie au nom de l’efficacité de l’entreprise. L’Histoire n’est donc pas déjà écrite : ni capitalisme populaire heureux ni paravent d’un capitalisme aristocratique, la république des actionnaires actuelle est une étape nouvelle, et encore incertaine, dans l’évolution des entreprises (mais les formes de la démocratie politique en France n’évoluent-elles pas aussi depuis 1789 ?). Cet essai rigoureux et stimulant remet en cause bien des idées reçues et permet à chacun de comprendre la nouvelle responsabilité devant laquelle il se trouve désormais placé.

Les thèses de Pierre-Yves Gomez plaidant pour la démocratisation et l’émergence d’une conscience européenne du gouvernement des entreprises ont attiré l’attention de la communauté scientifique et du public depuis la parution de l’ouvrage de 2001 (Prix Turgot 2002, prix Mots d’Or 2002).