« Les agriculteurs subissent les contradictions d’une Europe qui ne sait plus comment se positionner dans la mondialisation »

Vous pouvez partager un article en cliquant sur les icônes de partage en haut à droite de celui-ci.
La reproduction totale ou partielle d’un article, sans l’autorisation écrite et préalable du Monde, est strictement interdite.
Pour plus d’informations, consultez nos conditions générales de vente.
Pour toute demande d’autorisation, contactez syndication@lemonde.fr.
En tant qu’abonné, vous pouvez offrir jusqu’à cinq articles par mois à l’un de vos proches grâce à la fonctionnalité « Offrir un article ».

https://www.lemonde.fr/idees/article/2024/02/02/les-agriculteurs-subissent-les-contradictions-d-une-europe-qui-ne-sait-plus-comment-se-positionner-dans-la-mondialisation_6214426_3232.html

La contestation agricole s’installe partout en Europe et la France ne fait désormais plus exception, avec des manifestations qui se généralisent à l’ensemble du pays. Cette crise agricole vient de loin et elle prend ses racines dans une maltraitance généralisée.

Depuis plus de trente ans, les agriculteurs subissent de fortes pressions économiques de la part des industriels de l’agroalimentaire et des grands distributeurs qui cherchent à faire baisser le coût de l’alimentation. Entre 1990 et 2022, nous avons connu une baisse constante du prix d’achat des matières premières agricoles (lait et viande principalement), dont ils ont été les premières victimes.

Si les choses se sont légèrement améliorées avec la mise en place de la loi EGalim [pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous], les agriculteurs craignent qu’avec l’inflation que nous connaissons actuellement, ils ne subissent de plein fouet des pressions et des manœuvres abusives de la part des distributeurs et des industriels, qui vont chercher à tirer les prix d’achat vers le bas au profit du consommateur. Les agriculteurs ne veulent pas servir d’amortisseur face à la lutte contre l’inflation.

Multiplication des normes

Il fut un temps ou l’Europe et la politique agricole commune (PAC) protégeaient les agriculteurs des marchés mondiaux avec des mécanismes régulateurs et des protections réglementaires. Ces protections ont volé en éclats à partir des années 1990, avec la libéralisation et l’ouverture à tous les vents du marché communautaire.

Depuis cette date, l’agriculture française et européenne subit les assauts constants de pays producteurs à bas coûts de main-d’œuvre et moins-disants d’un point de vue environnemental. Les traités CETA [accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada] et Mercosur [Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay] sont emblématiques de cette Europe déboussolée, qui exacerbe la concurrence et le dumping social et environnemental en matière de pratiques agricoles.

A cette ouverture du marché agricole commun à des pays tiers, il faut ajouter la multiplication des normes et des règlements que les agriculteurs doivent respecter sous peine de se voir supprimer les aides auxquelles ils ont droit. Concurrence déloyale d’un côté et pression réglementaire exacerbée de l’autre, les agriculteurs subissent directement les contradictions d’une Europe qui ne sait plus comment se positionner dans la mondialisation et le leur fait payer.

Le changement climatique est là. Il est massif, rapide et irréversible. Plus que toutes les autres professions, les agriculteurs subissent d’ores et déjà les effets du changement climatique. Le manque d’eau, les fortes chaleurs, les gelées tardives, l’arrivée de nouveaux pathogènes sont des manifestations de ce dérèglement climatique qui, chaque année, durcit un peu plus les conditions de production. Une partie des agriculteurs français connaît déjà des baisses de rendement et de revenus, et cette tendance est irrémédiablement installée.

Aléas climatiques

Si les effets sont constatés et connus, force est de reconnaître qu’aucune politique agricole (française ou européenne) n’a pris à bras-le-corps la question de l’adaptation de notre agriculture à la nouvelle donne climatique. Or il est impossible pour les agriculteurs de s’en sortir individuellement face aux multiples aléas climatiques qu’ils subissent et subiront de manière encore plus forte dans les années qui viennent.

Lire la tribune : Article réservé à nos abonnés Pour « une politique agricole et alimentaire commune »

Cette maltraitance économique, politique et climatique explique les mobilisations que nous vivons aujourd’hui. Les agriculteurs français prennent le chemin de la mobilisation pour faire comprendre à la société française et aux pouvoirs publics le profond malaise dans lequel ils s’enfoncent toujours un peu plus.

Cours en ligne, cours du soir, ateliers : développez vos compétences
Découvrir

Si « foutre la paix aux agriculteurs » est un premier pas, comme l’a proposé Aurore Berger [la ministre de l’égalité entre les femmes et les hommes], il faut sans doute réfléchir à mieux prendre soin de cette profession qui est aujourd’hui l’une des plus malmenée. Si nous ne changeons pas le sort que nous réservons aux agriculteurs, nous risquons de tomber en « panne d’agriculture » et nous subirons une dépendance alimentaire qui affaiblira toute notre économie.

Bertrand Valiorgue, professeur de stratégie et développement durable à EM Lyon Business School, est l’auteur de « Refonder l’agriculture à l’heure de l’anthropocène » (Le Bord de l’eau, 2020).

La recherche
au service de l'action

> Linkedin Linkedin
> Newsletter S'inscrire